Sélectionner une page

Si votre entreprise a subi pendant les 12 derniers mois une augmentation de la concurrence sur son marché, le besoin d’innovation pour répondre à de nouvelles demandes ou pour se rapprocher du client, l’introduction de nouvelles machines de production ou l’implémentation de nouveaux outils informatiques alors, il est possible qu’une ou plusieurs réflexions soient en cours sur l’opportunité d’effectuer des changements organisationnels, technologiques ou stratégiques pour faire face aux restrictions du marché, améliorer l’attention de proximité au client ou faire sauter les résistances internes au changement technologique. La pandémie a exacerbé la nécessité de conduire, gérer et accompagner des projets de changement : la multiplication et la durée du télétravail, l’application de nouvelles règles de sécurité au travail ou la baisse vertigineuse du chiffre d’affaires dans certains secteurs sont autant d’adaptations supplémentaires et urgentes pour les entreprises, leurs comités de direction et leurs employés. 

Le rythme du changement organisationnel est passé en 40 ans d’une progression arithmétique à une progression géométriqueaccélération soutenue depuis le début du XXI siècle dueentre autres, à la transformation numérique et la pandémie de coronavirus en 2020. Les délais de mise en œuvre des projets ont été réduits et les salariés ont l’impression que la dernière réorganisation vient de s’achever lorsque le changement de plateforme de formation en ligne arrive, suivi d’un mouvement de regroupement des équipes, de l’annonce de la fusion avec une entreprise de produits complémentaires, de l’externalisation de telle ou telle fonction administrative …

Le projet de changement : 

doit être étudié, secoué, délimité, planifié, piloté, intégré dans les processus existants de l’entreprise, mis en œuvre et enfin évalué afin de vérifier si tous les bénéfices sont atteints. 

est de nature diverse et transversale. Il naît en poussant la routine quotidienne, donc il peut être mal reçu ou interprété, voire rejeté. Une formation adaptée à chaque type de salarié concerné par son déploiement est indispensable pour l’assimiler et l’intégrer dans les activités quotidiennes. 

est générateur de stress et de mal-être au travail : il est ami de sous-projets spécifiques de communication du changement pour augmenter l’adhésion des collaborateurs, évitant ainsi les absences, messages contradictoires ou cacophonies lors de son déploiement 

– peut également toucher les indépendants, les intérimaires, les prestataires de services ou les fournisseurs. L’effort de communication et de formation nécessaire doit donc être coordonné et adapté également aux travailleurs extérieurs à l’entreprise. 

Alors, dans ton entreprise, le rythme des changements est-il  subi (et les articulations sont usées), anticipé  (peut-être avec des positions bizarres qui amènent un règlement rapide) ou encouragé (avec des pratiques régulières pour maintenir la forme) ? 

Notre blog est ouvert et respectueux. Merci d’appliquer notre Politique de commentaires